Les entreprises européennes continuent d'ignorer le potentiel de l'informatique sociale


Une étude indépendante démontre que peu d'entreprises européennes sont prêtes à utiliser les réseaux peer-to-peer avec leurs clients et partenaires

Paris, déc. 06, 2006 -- Une étude commanditée par Xerox et réalisée par Forrester Consulting montre que, dans leur grande majorité, les dirigeants d'entreprise européennes reconnaissent que leurs nouveaux collaborateurs réagissent différemment avec la technologie que les générations précédentes. Cependant, peu d'entreprises ont adopté les communications peer-to-peer, qui annoncent une transformation des échanges entre fournisseurs et consommateurs.

L'étude, intitulée " Is Europe Ready for the Millennials? ", démontre que si de nombreuses entreprises disposent des bases nécessaires (par exemple un site Web), une large proportion n'a pas prévu, dans le cadre de l'organisation et de la gestion de son activité, de suivre ni de participer aux sites concurrents ou à d'autres sites externes tels que groupes de discussion ou les blogs. Conduite auprès de plus de 1 600 cadres dans 16 pays d'Europe, l'étude révèle une sorte de " dyslexie numérique ", dès qu'il s'agit d'adopter les nouvelles technologies d'informatique sociale.

En effet, le manque de connaissances sur la puissance des réseaux peer-to-peer et de la communication en ligne va déconnecter certaines sociétés de leurs nouveaux salariés diplômés et plus familiers de ces technologies que Forrester Consulting appelle les "Millennials". Cette nouvelle génération se distingue par un certain mode de fonctionnement : elle est habituée à recevoir des informations provenant de nombreuses sources et à les traiter rapidement, le multitâche ne l'effraie pas, elle a une approche très conviviale du travail, privilégie les espaces de travail collaboratif, exige un accès instantané aux informations, et aiment travailler dans des groupes sans hiérarchie.

Lorsqu'il s'agit de communiquer avec les consommateurs, l'étude révèle que 59 % des entreprises ont un site Web pour assister leurs clients, parmi ceux ci 45 % sollicitent automatiquement l'avis du client, 36 % autorisent l'achat de produits par téléphone ou sur le site Web, et 28 % ont un portail en ligne pour évaluer et discuter des produits. Cependant, seulement 15 % des entreprises proposent un contenu à valeur ajoutée pour renforcer les contacts en ligne avec leur clients, et 14 % surveillent les discussions en ligne comme les blogs.

Selon l'étude, ces éléments d'informatique sociale font partie de ceux avec lesquels les Millennials s'attendent à interagir dans le cadre de leur travail. Ces éléments sont déterminants dans leur choix d'une société.

En outre, il semblerait qu'une entreprise qui ne s'est pas d'ores et déjà encore engagée dans les réseaux d'informatique sociale a peu de chances de le faire plus tard. 58 % d'entre elles n'ont pas l'intention de proposer un contenu à valeur ajoutée, 47 % ne prévoient pas de surveiller les blogs, 30 % ne proposeront pas de portail de discussion et 14 % n'envisagent même pas de réaliser un site Web pour aider leurs clients.

Jacques Guers, PDG de Xerox France déclare : " Les Millennials ne peuvent pas se souvenir de l'époque où le monde n'était pas relié numériquement. Pour eux, il est absolument naturel de discuter à l'aide des réseaux d'informatique sociale, avec la promesse d'un partage instantané des informations. Ils aiment exprimer leurs opinions sur les produits qu'ils adorent ou détestent. Cette attitude aura un impact phénoménal sur la façon dont sont perçues les marques et les sociétés, et donc sur la façon de conduire l'activité d'une entreprise. Le fait d'ignorer les réseaux peer-to-peer revient à ignorer une proportion croissante de la population active. "

L'étude révèle une situation comparable en ce qui concerne la communication entre les entreprises et leurs fournisseurs. Bien que 46 % des cadres déclarent utiliser un extranet pour travailler avec leurs partenaires et fournisseurs, 23 % n'ont rien prévu en ce sens. A peine 28 % sélectionnent leurs fournisseurs en fonction des recommandations obtenues sur un réseau peer-to-peer, et 36 % n'ont pas l'intention de le faire. Et pour mieux illustrer le manque de compréhension envers l'informatique sociale, signalons qu'à peine 13 % déclarent poster sur les blogs ou sites de communauté des informations concernant les fournisseurs, et que plus de la moitié (52 %) ne comptent pas le faire.

Le rapport conclut par un avertissement : " La fidélité des clients du nouveau millénaire dépendra certainement de leur activité en ligne. L'idée de travailler sur Internet en dehors du site Web de l'entreprise et hors de son environnement contrôlé, tout particulièrement d'un point de vue B2B, continuera de se développer parmi les salariés, que la société le gère ou non. "

NOTES :
  • Forrester définit l'informatique sociale comme " une structure sociale dans laquelle la technologie place le pouvoir entre les mains des communautés, pas des institutions ". L'importance de l'informatique sociale ne tient pas seulement à la façon dont les entreprises interagissent avec leurs clients, mais aussi à la façon dont les employés interagissent entre eux (quel que soit leur âge), d'une entreprise à l'autre, avec les réseaux de fournisseurs et les partenaires, ainsi qu'aux changements des technologies qui sous-tendent ce comportement. Voir la Forrester Big Idea "Social Computing" du 13 février 2006.

  • 91 % des cadres d'Europe reconnaissent que cette nouvelle génération a un mode de travail totalement différents des générations précédentes, et 73 % pensent que leur société a répondu à ce besoin.

  • Certains secteurs sont plus dynamiques que d'autres. Dans le domaine des services financiers, 55 % des cadres pensent que leur société a répondu aux besoins des nouveaux employés.

  • Certains pays sont plus avancés dans ce domaine que d'autres. Pour la Finlande, le Danemark, le Royaume-Uni et l'Irlande, moins des deux tiers des cadres considèrent que leur entreprise a répondu à l'évolution des besoins de la force de travail. La proportion dépasse les trois quarts en Espagne, Belgique, Allemagne, Italie, Suisse, France, Grèce et Portugal. Le Portugal se présente comme la nation la plus progressiste, la Finlande étant en fin de liste.

  • 71 % des personnes interrogées pensent qu'en 2010, davantage de salariés travailleront depuis un autre lieu que le bureau.

  • Parmi les outils que les entreprises proposent à leurs employés pour la gestion et la distribution de l'information, les portails accessibles par navigateur bénéficient de l'accès le plus large, suivi par l'impression papier sans limitation. Le téléphone portable et l'ordinateur portable sont les seules technologies mobiles qu'un grand pourcentage d'entreprises accordent à leurs employés. Le système d'e-mail nomade ou le PDA sont bien plus bas sur la liste.

  • Plus de la moitié des réponses prévoient une croissance notable du pourcentage de salariés disposant de portails accessibles par navigateur, de téléphones mobiles, de webcasts et de PDA, avec une pointe à plus de 60 % pour les systèmes d'e-mail nomade et les ordinateurs portables ou tablettes. Actuellement, moins de 70 % des entreprises consultées apportent ces outils à un pourcentage significatif de leurs employés.

  • Les données présentées dans ce communiqué et concernant l'usage des outils sont basées sur des valeurs moyennes.
A propos de Xerox Europe:

Xerox Europe, filiale européenne de Xerox Corporation, commercialise une gamme complète de produits, solutions et services, ainsi que les consommables, matériels et logiciels associés. Ces offres s'articulent autour de trois axes : l'impression bureautique petits et grands volumes, l'impression de production et les environnements arts graphiques, et les services incluant le conseil, la conception et la gestion des systèmes documentaires jusqu'aux solutions d'externalisation complètes.
Xerox Europe possède également des unités assurant la production et la logistique en Irlande, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, ainsi qu'un centre de recherche et de développement (Xerox Research Centre Europe) à Grenoble.
Pour plus d'informations :www.xerox.fr

XEROX® est une marque de Xerox Corporation. Toutes les autres marques ou noms de produits cités non Xerox sont les marques ou les marques déposées de leurs propriétaires respectifs.

Pour de plus amples informations :

Xerox France
Lydia Toledano Sebbah
Tél. 01 48 79 46 54
E-mail: LydiaToledano.Sebbah@xerox.com

Service Presse : EuroTandem,
Sonia Bonvalet / Aurélia Renault / Céline Maguet
Tél. 01 41 63 20 00
E-mail: s.bonvalet@eurotandem.fr / a.renault@eurotandem.fr / c.maguet@eurotandem.fr