Le blanc : une couleur étonnamment complexe

Le blanc symbolise de nombreuses émotions, comme la paix, la fraîcheur et un nouveau départ. La science qui permet l’impression de cette couleur est tout aussi complexe.

Le blanc représente des sentiments contradictoires, comme la peur et l’espoir, la célébration des nouveaux départs et le deuil d’un proche ou encore le sable et la neige, pour n’en citer que quelques-uns. « Plus on évoque le blanc, plus ça devient compliqué », affirme James Goggin, professeur à Rhode Island School of Design.

« Nous utilisons le blanc pour les sujets extrêmes », ajoute Jeff Goodby, fondateur de l’agence publicitaire Goodby, Silverstein & Partners. Il s’y connaît en blanc, c’est lui qui a imaginé l’emblématique campagne publicitaire intitulée « Got Milk? ». « Le blanc est sans doute la couleur la plus évocatrice car il peut revêtir tellement de formes », poursuit Jeff Goodby.

En impression numérique, le toner blanc de Xerox enrichit la page d’une incroyable variation. Vous pouvez le coucher sur du papier de couleur pour créer des embellissements, le recouvrir de CMJN et le mélanger avec des couleurs spéciales afin de créer un tout nouveau coloris. « Notre blanc ouvre le champ des possibilités pour les artistes et designers », déclare Yat Ming-Wong, chercheur à Xerox.

Le toner blanc de Xerox en dit long. « La brillance de notre blanc est inégalée », affirme Beatriz Custode, responsable imagerie couleur chez Xerox. Pour obtenir un tel éclat, nous injectons trois fois plus de masse d’encre que nos concurrents. Sur l’échelle de mesure numérique, un blanc éblouissant est de 100 et le blanc du papier est de l’ordre des 90. « Le nôtre se situe dans les 80 », se réjouit Beatriz Custode. « Les produits concurrents sont dans la plage des 70. »

Chez les artistes, créateurs et auteurs, l’angoisse de la page blanche est bien réelle, ce phénomène contre lequel il convient de lutter pour laisser jaillir sa créativité. Pour Jeff Goody, il est bon de voir les choses sous un autre angle, voire un angle contradictoire : accueillir la vacuité et accepter les contraintes. « Il est très gratifiant de se lancer et lui donner caractère et couleur », ajoute-t-il. « Ou simplement de le laisser seul, respirer librement. »

Partager: