Au cœur de Baltoro™ : les têtes d’impressions Xerox font toute la différence.

Au début de l’année 2019, Xerox a lancé une technologie unique: la presse à jet d’encre Baltoro HF. Deux fois moins volumineuse que les autres presses du marché , Baltoro offre une véritable résolution d’impression HD de 1 200 x 1 200 ppp et prend en charge toute une gamme de supports sans traitement préalable nécessaire. Au cœur de cette presse unique en son genre : les têtes d’impression jet d’encre High Fusion (HF) série W.

Comment notre technologie jet d'encre HF se compare à l'offset et au toner

Chad Slenes, responsable de la recherche et du développement en matière de têtes d’impression, explique en quoi les têtes d’impression Xerox permettent de distinguer la presse Baltoro.

En quoi les têtes d’impression HF série W constituent-elles une nouveauté sur le marché du jet d’encre ? 

Tout d’abord, nos têtes d’impression contribuent à la prise en charge d’une gamme de supports actuellement inégalée sur le marché de la production jet d’encre feuille à feuille d’entrée de gamme. Elles projettent également des gouttes de très petite taille qui permettent l’impression directe sur divers supports, avec des couleurs et une qualité image haute définition, sans traitement préalable. Il est donc inutile d’avoir recours à un cinquième module, ce qui permet de réduire la taille de la presse, sa consommation d’énergie et son coût total de fonctionnement.  Enfin, ces têtes d’impression présentent une fiabilité exceptionnelle.

À quoi est due la fiabilité exceptionnelle de ces têtes d’impression ? 

Les mesures et tests de fiabilité dont nous disposons couvrent une période de plus de 25 ans. Nous mettons en œuvre un processus de test rigoureux, basé sur l’exécution de quatre ensembles de tests longue durée et des tests plus courts réalisés dans un environnement de fabrication. Ces tests permettent de vérifier divers éléments, notamment la longévité, les conditions et cycles thermiques et la fluidité. Dans le cadre des tests de la série W, nous avons réussi à atteindre 500 milliards de cycles sur 10 têtes d’impression et nous sommes parvenus à alimenter plus de 100 000 litres via une seule tête d’impression. Ces tests sont menés sur une période de cinq ans. Cela nous permet d’avoir une bonne connaissance du comportement des têtes d’impression et de nous assurer qu’elles respectent les exigences de qualité de Xerox tout au long de leur cycle d’utilisation.

Vous avez indiqué que vous disposiez de mesures de fiabilité sur 25 ans. Depuis combien de temps la société Xerox travaille-t-elle à la conception de têtes d’impression jet d’encre ?  

Xerox développe des têtes d’impression jet d’encre depuis 1986, une durée qui suscite parfois l’étonnement. 

Parlez-nous de l’équipe d’ingénieurs à l’origine de ces têtes d’impression innovantes.

Parmi nos ingénieurs, nombreux sont ceux qui travaillent avec nous depuis 1986, témoignant de notre expertise approfondie dans ce domaine. Aujourd’hui, nous comptons plus de 250 experts, qui conçoivent et fabriquent nos têtes d’impression dans notre centre de Wilsonville, Oregon. Au fil des ans, cette équipe a contribué à créer et à fournir plus de 2,5 millions de têtes d’impression !

Quelles sont les perspectives d’avenir pour les têtes d’impression jet d’encre Xerox ?

Nous sommes convaincus qu’à l’avenir, il sera possible d’intégrer nos têtes d’impression série W à d’autres équipements de production jet d’encre. Nous testons actuellement nos têtes d’impression dans des environnements autres que les arts graphiques, notamment le textile, la création d’étiquettes et la 3D. Aujourd’hui, de nombreuses imprimantes 3D de l’industrie utilisent nos têtes d’impression. C’est le cas de notre propre imprimante métal liquide 3D, actuellement en cours de développement. Grâce à nos technologies de tête d’impression et notre propriété intellectuelle, nous sommes en mesure de créer des pièces métalliques plus denses et plus uniformes, dans des délais plus courts, ce qui nous place en bonne position pour devancer la concurrence sur le marché de la 3D.

Partager: